En-tete de la page

Paroisse Saint Louis
Précy - Boran - Blaincourt

photo de l'évèque photo du père Noel

Les sacrements

Les sacrements de l’église catholique sont au nombre de 7. Vous pouvez penser au fond de vous-même : pourquoi la foi en Jésus Christ ne suffit-elle pas, pourquoi Dieu nous offre-t-il en plus les sacrements ? « Comme être social, l´homme a besoin de signes et de symboles pour communiquer avec autrui, par le langage, par des gestes, par des actions. Il en est de même pour sa relation à Dieu. » (Catéchisme de l´Eglise catholique, n° 1146)

Des gens ont vu Jésus, l’ont entendu, ont pu le toucher et ont ressenti le salut et la guérison en leur corps et en leur âme, comme le rapportent les Evangiles (par exemple, Mc 8, 23). De même, les signes sensibles des sacrements portent cette signature de Dieu, qui s’adresse à l’homme dans tout son être, et pas seulement dans son intelligence. Youcat n°174. Les sacrements sont réellement un don du Christ à l’Eglise. Celle-ci a le devoir de les dispenser, mais également de les protéger contre des usages abusifs, par exemple. Ainsi, recevoir un sacrement suppose la foi.

Parmi ces 7 sacrements, notez que certains ne peuvent être reçus qu’une seule fois. Il s’agit du sacrement de baptême, de la confirmation, et de l’ordre. Ces sacrements marquent le chrétien d’un « sceau indélébile ».



Le baptême

Par le baptême, tu deviens membre corps du Christ, il t'accueille en lui comme membre de son corps, dans l'Église, la famille des enfants de Dieu.

Le baptême est le fondement de toute vie chrétienne, la porte d’entrée dans l’Eglise. Par lui, libérés du péché, nous devenons membres du Christ et nous entrons en communion avec Dieu. Le baptême est le préalable à tous les autres sacrements. L’eau du baptême symbolise la purification et la vie nouvelle. Toute personne qui n’a pas encore été baptisée, quel que soit son âge, peut recevoir le sacrement du baptême. La seule condition au baptême est la foi, qui est proclamée publiquement le jour du baptême.

  1. Pour les enfants de moins de 7 ans :
    La pratique de baptiser les bébés et les petits enfants est une tradition de l’Eglise. Il y a à cela une unique raison : avant que l’homme ne fasse le choix de Dieu, Dieu le choisit. Le baptême est par conséquent une grâce, un cadeau immérité venant de Dieu qui accueille sans condition. Des parents croyants qui veulent le bien de leur enfant veulent donc qu’il reçoive le baptême. Si vous souhaiter que votre enfant, âgé de moins de sept ans, reçoive le baptême, il vous suffit de contacter le secrétariat qui vous orientera vers l’équipe de préparation au baptême !

  2. Pour les enfants entre 7 et 18 ans :
    Il faudra suivre un chemin un peu plus long, en plusieurs étapes, pour permettre à l’enfant de découvrir Jésus, pour lui permettre de savoir s’il est prêt à vivre en chrétien tous les jours de sa vie, pour qu’il rencontre cette nouvelle famille qui va l’accueillir, sa paroisse. Si vous souhaitez que votre enfant reçoive le baptême, il faudra alors l’accord de ses deux parents d’une part, d’autre part, il faudra prendre contact avec le secrétariat également pour que l’équipe qui se charge de la préparation au baptême pour les enfants en âge de scolarité prenne en charge votre enfant.

  3. Pour les personnes âgées de plus de 18 ans :
    Celui qui adhère au christianisme ne change pas seulement son regard sur le monde, il s’engage sur un chemin d’initiation, appelé le catéchuménat, qui dure environ deux ans, et au cours duquel il devient un être nouveau grâce au don du baptême, et par sa conversion personnelle. Cet engagement est un engagement fort, qui vous bouleversera autant qu’il interpellera les paroissiens qui vous entourerons. Si vous souhaitez vous engager sur le chemin du catéchuménat, pour recevoir le baptême, vous pouvez contacter le secrétariat qui recevra votre appel comme une grande joie, une grande grâce, et qui s’occupera très bien de vous ! Vous pouvez également aller lire le témoignage de Sonia, qui a vécu la même aventure que celle que vous vous apprêtez à commencer !



Le Sacrement de réconciliation ou de pénitence ou la Confession

Dans ce sacrement, c’est le Christ qui manifeste son amour, en allant chercher ceux qui sont perdus. C’est le sacrement par lequel nous sommes libérés de nos péchés. Certes, le baptême nous arrache à la mort, nous arrache au pouvoir du péché, mais le baptême ne nous délivre pas pour autant de notre faiblesse humaine ! C’est pourquoi nous avons besoin d’un lieu où, à nouveau, nous puissions être réconciliés avec Dieu. Ce sacrement peut être reçu autant de fois que nécessaire, même plusieurs fois par jours si besoin !! Ce n’est peut-être pas à la mode de se confesser, cela peut-être parfois difficile, et coûter beaucoup d’efforts, mais sachez trois choses :

  1. C’est une jeune paroissienne qui vient de rédiger ce petit article, et celle-ci ne pense pas vivre « hors du temps », et s’éloigner trop de la mode, et être trop austère (et oui, même Jésus faisait la noce à Cana, alors les jeunes aussi, ils imitent Jésus lorsqu’ils font des grandes fêtes et qu’ils s’amusent, même si beaucoup ne le savent pas!)

  2. Jésus est né dans une mangeoire, Jésus s’est fait craché dessus, on s’est moqué de Jésus, Jésus était nu sur la croix… notre doux Roi est si humble, et a su s’abaisser jusqu’à terre pour nous sauver, alors, dites-moi si je me trompe, mais confesser nos péchés à Dieu, par l‘intermédiaire d’un prêtre que l’on ne connait pas forcément, c’est quand même bien plus facile que toutes les humiliations que Jésus a subit sur la Terre !!

  3. Quelle grande joie vous ressentez en vous quand vous recevez l’absolution, quelle moment de paix vous vivez, quel bonheur ! Rien que pour vivre cet instant privilégié de cœur à cœur avec Dieu, il ne faut jamais reculer lorsqu’on vous propose ce sacrement !!!! Tout catholique baptisé peut recevoir ce sacrement. Pour le recevoir sur notre paroisse : contacter le père Noël Sofack.


L’Eucharistie ou la Communion

La sainte Eucharistie est le sacrement par lequel Jésus-Christ livre pour nous son Corps et son Sang, par lequel il se donne lui-même, afin que nous aussi, nous nous donnions à lui par amour, et que nous nous unissons à lui dans la sainte Communion, c’est-à-dire à la communion avec nos frères et sœurs baptisés, avec nos frères et sœurs de l’Eglise partout dans le monde ! Nous n’avons pas inventé ce rite, c’est Jésus lui-même qui a célébré la Cène ainsi, le soir avant sa mort sur la croix !

« Pain Vivant, Pain du Ciel, divine Eucharistie
O Mystère sacré ! que l’Amour a produit…
Viens visiter mon cœur, Jésus, ma blanche Hostie
Rien que pour aujourd’hui.
Daigne m’unir à toi, vigne sainte et sacrée
Et mon faible rameau te donnera son fruit
Et je pourrai t’offrir une grappe dorée
Seigneur, dès aujourd’hui. »
(Sainte Thérèse de Lisieux)


La Confirmation

Par l'onction du Saint Chrême, l'Esprit de Dieu vient demeurer en toi. Il est Force et Lumière, il t'engage au témoignage dans le culte et dans toute la vie.

La Confirmation, c’est le sacrement qui parfait le baptême. Si au baptême on reçoit l’Esprit Saint, celui-ci nous est redonné le jour de notre confirmation. Devant l’importance de l’engagement, c’est l’evêque en personne qui vient nous donner ce sacrement. C’est le sacrement de celui qui fait le choix libre de vivre en enfant de Dieu, et qui demande à recevoir, pour cela, les sept dons de l’Esprit Saint par les signes de l’imposition des mains et de l’onction au Saint Chrême. Ce sacrement nous donne une force particulière pour témoigner, en paroles et en actes, de l’amour de Dieu.

Le chrétien confirmé est envoyé vers ses frères, pour rendre témoignage de sa foi, pour irradier toutes les personnes qu’il rencontrera dans sa vie de l’amour de Jésus. Les premières confirmations ont été reçues par les premières communautés chrétiennes de Samarie, par Pierre et Jean (Ac 8, 14-16). C’est le sacrement qui rend les jeunes catholiques fiers et plein d’audace, c’est le sacrement qui fait que les jeunes catholiques n’ont pas peur, qu’ils aiment se réunir, qu’ils aiment partir à l’aventure ensemble, qu’ils chantent, qu’ils restent joyeux pour le restant de leur vie ! C’est un sacrement qui redonne une jeunesse à quiconque le reçoit !

  1. Pour les enfants :
    Certains enfants peuvent recevoir le sacrement de la confirmation. Cependant, cela ne se fera qu’après discernement du prêtre, qui jugera de la foi et des connaissances de l’enfant, puis de sa compréhension du sacrement qu’il souhaite recevoir. Il faut également prendre contact avec le secrétariat

  2. Pour les jeunes inscrits à l’aumônerie :
    Le sacrement de confirmation se prépare actuellement pendant la dernière année d’aumônerie, c’est-à-dire au lycée. Il faut parler à l’animateur de son groupe de son désir de recevoir la confirmation pour y être préparé.

  3. Pour les étudiants :
    Le plus facile, si vous souhaitez être confirmés, c’est de rejoindre l’aumônerie étudiante à laquelle se rattache votre université/école/lycée, il y en a forcément une, puis vous serez entourés par des jeunes de votre âge, qui seront heureux de partager votre chemin et qui vous soutiendrons dans votre démarche. Sinon, vous pouvez contacter le secrétariat pour être préparé dans votre petite paroisse Saint Louis, évidemment. Dans tous les cas, n’hésitez pas à prévenir la paroisse de votre confirmation, pour qu’elle puisse prier pour vous et peut-être même venir vous soutenir le jour de votre confirmation !

  4. Pour les adultes non étudiants :
    Il faudra que vous vous engagiez sur un chemin de catéchuménat, vous serez alors un « recommençant », et votre paroisse vous entourera très très bien. Si vous souhaitez préparer votre confirmation, prévenez le secrétariat pour qu’elle vous mette en contact avec l’équipe qui vous accompagnera jusqu’à votre confirmation !

Le Mariage

« Dieu a créé l’homme et la femme l’un pour l’autre, pour qu’ils ne soient plus deux, mais une seule chair »(Mt 18,6) – Ainsi donc, ils doivent vivre dans l’amour, être féconds et être les témoins d’un Dieu qui nous aime d’un amour infini ! Le mariage se réalise par une promesse que l’homme et la femme se font devant Dieu et l’Eglise. Dieu accueille et scelle ce consentement. Le lien du mariage sacramentel engage jusqu’à la mort d’un des deux époux, parce qu’il est noué par Dieu lui-même. C’est un don réciproque que se font l’homme et la femme. Trois éléments sont nécessaires au sacrement du mariage :

  1. Que l’on se dise oui en toute liberté
  2. Que l’on s’engage dans une relation exclusive et pour toute la vie
  3. Que l’on soit ouvert à l’accueil d’enfants

Pour préparer son mariage, il faut faire une préparation au mariage. Une équipe se charge de la préparation au mariage sur notre paroisse. Si vous avez le désir de vous marier, n’hésitez pas à la contacter


Le Sacrement de l’Ordre ou l’Ordination

Le sacrement de l’Ordre a trois degré. On parle d’ordination épiscopale (par laquelle on devient évêque), ordination presbytérale (par laquelle on devient prêtre) et diaconale (par laquelle on devient diacre). Seul un homme baptisé, catholique, appelé par l’Eglise pour cette charge, peut recevoir validement l’ordination. Les évêques sont choisis directement par le Pape, parmi les prêtres.


De jeunes hommes, souvent chrétiens pratiquants et engagés, se posent peut-être la question : suis-je appelé à devenir prêtre, ou moine, ou à faire partie d’une communauté de frères ? Cette question mérite d’abord d’être approfondie, avant toute tentative de réponse :

  1. Es-tu heureux dans ta foi en Jésus-Christ ? L’Evangile marque ton existence, tu as le désir d’en témoigner ? Prends le temps de la prière. Médite la Parole de Dieu. Fais-toi accompagner par un prêtre, par exemple, parles-en au père Guillaume Devaux (il est très gentil, il ne mord pas, il est très à l’écoute et il a beaucoup d’humour).

  2. Devenir prêtre nécessite plusieurs années d’études dans un séminaire. Le séminaire est un lieu de discernement, de formation humaine et intellectuelle, d’approfondissement spirituel et de découverte de la mission. Si tu veux, tu peux aussi prendre contact avec les séminaristes de notre diocèse pour leur en parler, et pour qu’ils te parlent de leur expérience

Des jeunes filles, souvent chrétiennes pratiquantes et engagées, se posent peut-être la question : suis-je appelé à devenir religieuse / vierge consacrée ? Cette question mérite aussi d’être approfondie, avant toute tentative de réponse :

  1. Es-tu heureuse dans ta foi en Jésus-Christ ? L’Evangile marque ton existence, tu as le désir d’en témoigner ? Prends le temps de la prière. Médite la Parole de Dieu. Fais-toi accompagner par un prêtre, ou une religieuse, par exemple, parles-en au père Guillaume Devaux (je répète : il est très gentil, il ne mord pas, il est très à l’écoute et il a beaucoup d’humour).

  2. Devenir religieuse nécessite une formation et un changement de vie radical, un temps de discernement, de formation humaine et intellectuelle, d’approfondissement spirituel et de découverte de la mission. Si tu veux, tu peux aussi prendre contact avec les jeunes postulantes de notre paroisses, de la communauté de la Sainte Croix de Jérusalem, pour leur en parler, et pour qu’elles te parlent de leur expérience

  3. D’autres voudrons peut-être mieux comprendre ce qu’est un diacre Vous pouvez, si vous le souhaitez, parler avec le diacre de notre paroisse, Franck Villermin, pour mieux comprendre son ministère


L’onction des malades

Dans l’Ancien Testament, on ressentait souvent la maladie comme une lourde épreuve, contre laquelle on pouvait se révolter, mais dans laquelle on pouvait cependant percevoir la main de Dieu. Jésus montre que le ciel souffre avec nous quand nous souffrons. Parfois, il faut être malade pour prendre conscience que tous, nous avons besoin de Dieu. Dans le Nouveau Testament, ce sont justement les malades qui cherchent à s’approcher de Jésus, ils essayent de le toucher, d’obtenir une grâce de sa part (par exemple Lc 6, 19). L’onction des malades apporte réconfort, paix et courage, et unit profondément le malade, dans sa situation précaire et de souffrance, avec le Christ, notre Seigneur, qui a connu nos angoisses, et porté nos douleurs. Chez certaines, l’onction des malades opère des guérisons corporelles. Mais si Dieu veut rappeler quelqu’un à lui, recevoir ce sacrement permet au malade d’avoir la force d’affronter les luttes de l’âme et du corps, et de se préparer au dernier passage. L’onction des malades offre la grâce du pardon des péchés.

Tout fidèle se trouvant dans un état de santé grave peut recevoir le sacrement de l’onction des malades. On peut recevoir ce sacrement plusieurs fois dans sa vie. De plus, si nous sommes baptisés, nous pouvons recevoir ce sacrement quel que soit notre âge, même un enfant ou un jeune peut recevoir ce sacrement.

Pour recevoir ce sacrement :

  1. Une fois par an, ce sacrement est donné au cours d’une messe dominicale. Pour se renseigner sur la date, contacter le secrétariat : ici
  2. Si vous ne souhaitez pas recevoir ce sacrement au cours d’une messe, il faut contacter le père Noël Sofack : ici.

Autres étapes / sacramentaux – QUI NE SONT PAS DES SACREMENTS !

  1. Profession de foi : préparée pour les enfants baptisés au sein de leur groupe d’aumônerie en 5e.
    LA PROFESSION DE FOI N’EST PAS UN SACREMENT !

  2. Exorcisme : prendre RDV avec le prêtre exorciste du diocèse : 03.44.06.28.25
    Bénédictions lors de pèlerinage : prendre contact avec le Père Noël - ici
    Bénédiction de maisons, d’objets religieux... : prendre contact avec le père Noël – ici